Les choses avancent

(Ce texte a été traduit en français par une machine. Vous voulez nous aider à l’améliorer ?)

Miguel et Andi ont accompli beaucoup de choses ces derniers mois et ont été soutenus par Jens, qui a passé quelques semaines dans la ferme au Sénégal au début de l’année. L’infrastructure de la ferme a été considérablement améliorée: entre-temps, un puissant système d’irrigation a été installé, la zone est clôturée, un coupe-feu a été créé tout autour et la construction d’une maison a commencé, qui est maintenant (mi-avril) presque terminée. Et bien sûr  la plantation s’est poursuivie avec des résultats déjà impressionnants en termes d’amélioration des sols et du matériel végétal. Miguel le démontre ici dans une vidéo:

 

Première plantation

(Ce texte a été traduit en français par une machine. Vous voulez nous aider à l’améliorer ?)

Il y a environ un an, nous avons commencé à cultiver la terre. Les vieux buissons et arbres ont été taillés, la matière organique a été réduite en paillis ou transformée en compost. Les premiers lits surélevés ont été créés sur une partie du terrain :

 

Entre-temps, la propriété a été clôturée et un trou de forage pour la pompe à eau solaire a été réalisé manuellement. Récemment, les premières plantations ont été faites : Un grand nombre de plantes différentes ont été plantées, notamment des bananes, des papayes, des figues, des grenades, des avocats, des pamplemousses, des goyaves, des medronos, des noix de coco, des fruits de la passion, des légumineuses, des eucalyptus, des véroniques, des moringa et bien d’autres encore.

Comment tout a commencé

(Ce texte a été traduit en français par une machine. Vous voulez nous aider à l’améliorer ?)

En 2018, nous quatre n’avions plus envie d’entendre les mêmes mauvaises nouvelles. Nous avons plutôt voulu agir dans la limite de nos moyens et donner l’exemple. Ou, pour le dire de manière aussi émotionnelle que banale: faire quelque chose pour préserver le monde pour nos enfants et petits-enfants.

Nous voulons donc faire quelque chose et construire quelque chose, de plusieurs façons: à partir de terres incultes épuisées, nous voulons transformer une agroforêt vivante, à partir de terres mortes, une terre vivante. L’entreprise se veut également une mesure modeste mais, espérons-le, exemplaire contre l’exode rural dans le sud du Sénégal, les flux de réfugiés, la destruction de l’environnement par l’agriculture conventionnelle et comme une alternative au thaler rapide de la société de gestion collective dominante. Nous voulons contribuer à la sécurité de l’approvisionnement alimentaire, à l’éducation, à la sensibilisation, au respect des personnes, des animaux et de l’environnement. En outre, nous espérons pouvoir montrer aux gens des perspectives sur place.

 

Mais tout cela n’est pas seulement destiné à servir de fin en soi, nous voulons aussi l’utiliser pour gagner notre vie à moyen terme et prouver ainsi qu’une agriculture durable et équitable est aussi économiquement viable.
Oui, oui, des trucs forts. Mais mangez comme ça. Et le lecteur intéressé est le bienvenu pour nous soutenir : Participez, faites passer le mot, aidez et tout ce qui vous vient à l’esprit.

Nous avons donc acheté un morceau de terre et nous avons commencé à le cultiver. Et voici à quoi ressemblaient les premiers pas:

Ce site utilise des cookies / Diese Seite nutzt Cookies / This website uses cookies. OK?